cinquillo-films
cinquillo-films
Catalogue

Addi Bâ, souvenir d’un résistant oublié


Film écrit et réalisé par Barcha Bauer – 52 mn



Le 15 juillet 1943, à l’aube, la Gestapo et des troupes envoyées par la Feldkommandantur d’Epinal investissent les environs de Lamarche (Vosges) pour démanteler un maquis créé six mois plus tôt par le mouvement Ceux de la Résistance. Dans le petit village de Tollaincourt, ils arrêtent celui qui est soupçonné d’en être le chef : contre tout attente, ils découvrent un jeune Africain, ancien « tirailleur sénégalais »…

Mamadou Hady Bah dit « Addi Bâ » a 27 ans. Il est issu d’une famille peule du Fouta Djalon (Guinée). Arrivé en France trois ans avant la guerre avec un fonctionnaire français, il s’est engagé en 1939 et a été en première ligne durant les combats de 1940 dans les Ardennes et dans la Meuse. Fait prisonnier le 19 juin, il est parvenu à s’évader et s’est installé dans le petit village vosgien de Tollaincourt, dans les Vosges. La population de ce secteur très rural de la Lorraine est d’abord étonnée et un rien effrayée par ce petit bonhomme haut comme trois pommes – il mesure 1,55 m – audacieux, charismatique, séducteur et volontiers facétieux, qui affiche sans ambiguïté sa volonté de continuer la guerre. Mais elle finit par l’adopter. Dans la grisaille de l’Occupation, l’insouciance affichée et le patriotisme exubérant de celui qu’on appelle désormais Addi Bâ fascine et séduit. Les familles lui ouvrent leur porte, les enfants l’adorent. Si d’aucuns le considèrent comme un farfelu bien inoffensif, d’autres, comme le ferblantier Marcel Arburger, futur chef de secteur de la Résistance locale, voient en lui une recrue de choix pour la Résistance : rusé, débrouillard, courageux, libre comme l’air, Addi Bâ s’engage dans l’action clandestine dès 1941. Il est successivement passeur de prisonniers évadés, recruteur, agent de liaison, avant d’être désigné en février 1943, comme chef du premier maquis vosgien, le maquis de la Délivrance, qui accueillera près de 150 réfractaires au Service du Travail Obligatoire (STO).

Après son arrestation, Addi Bâ, rejoint par son camarade Marcel Arburger, est torturé pendant six mois. Les deux hommes sont fusillés le 18 décembre 1943, à Epinal.

Note de production

Hady Bah a été le premier africain guinéen musulman qui est s’engagé dans la résistance. Il cofonde le maquis de la Délivrance, proche de Neuf Château et Tollaincourt. Son implication dans la Résistance fait de cet homme un héros soixante-douze ans ans après son exécution à Epinal avec Marcel Arburger, en décembre 1943. Depuis, de nombreux jeunes de toutes origines se réapproprient son histoire.

Nous découvrons un homme de conviction au travers d’une iconographie inédite et incroyable pour l’époque, des correspondances mais aussi des témoins qui racontent son humanisme et son engagement.
En 2012, l’ouvrage intitulé «Le Terroriste noir» de Tierno Monénembo, Prix Renaudot, évoque de manière romanesque l’histoire de cet homme.
En 2013, les Archives Départementales d’Epinal et de l’ONAC ont également organisé une exposition.
En 2014, l’ONAC GV et le Ministère des Anciens Combattants souhaitent mettre en avant cette histoire dans le cadre des commémorations du Débarquement et du 70éme anniversaire.

Ce documentaire sera un moyen de transmettre l’histoire contemporaine aux nouvelles générations.
C’est la raison de mon engagement dans cette production.
Barcha BAUER

Un film écrit et réalisé par Barcha Bauer

Une coproduction : Cinquillo Films, Vosges Télévision et Mirabelle Tv
Avec le soutien du Secrétariat d’Etat chargé du développement et de la francophonie de la commission Image de la Diversité-CNC et CGET/Acsé de la PROCIREP-Société des producteurs de L’ANGOA
Et la participation du CNC- Centre National du Cinéma et L’Image Animée du Conseil départemental des Vosges de l’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre.


Signatures et thématiques : Barcha Bauer, Histoire



Dans la même rubrique
< >